Re: [Débat] Fixez vous des limites à votre imagination ?

#22
Personnellement, il n'y a que deux cas pour lesquels je me pose des limites: premièrement, essayant d'écrire un "roman" réaliste, j'évite les anachronismes, sauf pour le choix des mots dans la narration, ce qui serait trop fastidieux; ensuite, j'ai eu un grand moment d'hésitation quand j'ai voulu faire intervenir un viol (je vous rassure, pas comme apparemment c'est la mode dans les "fictions urbaines" en mode "Olala c'est trop bien", mais plutôt son côté dévastateur (je comprends d'ailleurs pas comment certains peuvent le cautionner)), dans mon récit: je me suis donc forcé à faire un compromis pour ne pas choquer, en ne le faisant voir qu'à-travers les pensées de la victime, sans décrire la scène physiquement d'un point de vue extérieur.

Re: [Débat] Fixez vous des limites à votre imagination ?

#23
Un peu comme toi Xetrox, je suis angoissée au moment d'écrire des scènes dans des romans réalistes sur des situations que je connais mal : j'ai peur qu'un lecteur soit froissé ou me fasse remarquer que mon histoire ne tient pas la route... C'est pour ça notamment que j'ai du mal à intégrer de la diversité ethnique et sexuelle dans mes personnages : j'ai peur de ne pas rendre justice aux communautés concernées, par une vision trop cliché. Là par exemple dans mon histoire en cours un des personnages a un cancer, et j'ai vraiment peur de raconter n'importe quoi. Je sais que les quelques recherches que j'ai faites ne m'ont sûrement pas permis d'évacuer toutes les idées reçues ou imprécisions. Pour avoir déjà lu un roman (publié) où l'auteur avait donné une caractéristique à son personnage principal sans s'y connaître du tout, je sais que ça peut être dévastateur.

Autre limite pour ma part : les scènes de sexe. Ca ne me gênerait pas d'en écrire mais comme ma grand-mère et une partie de ma famille me lit, je ne sais pas si j'assumerais derrière. Pour le moment mes histoires n'en ont pas réellement nécessité donc ça va. Mais la question se posera peut-être à l'avenir.

Pour le reste, je me lance dans à peu près tout.

Re: [Débat] Fixez vous des limites à votre imagination ?

#24
Versipellis a écrit :
mer. 22 févr. 2017 20:12
Un peu comme toi Xetrox, je suis angoissée au moment d'écrire des scènes dans des romans réalistes sur des situations que je connais mal : j'ai peur qu'un lecteur soit froissé ou me fasse remarquer que mon histoire ne tient pas la route... C'est pour ça notamment que j'ai du mal à intégrer de la diversité ethnique et sexuelle dans mes personnages : j'ai peur de ne pas rendre justice aux communautés concernées, par une vision trop cliché. Là par exemple dans mon histoire en cours un des personnages a un cancer, et j'ai vraiment peur de raconter n'importe quoi. Je sais que les quelques recherches que j'ai faites ne m'ont sûrement pas permis d'évacuer toutes les idées reçues ou imprécisions. Pour avoir déjà lu un roman (publié) où l'auteur avait donné une caractéristique à son personnage principal sans s'y connaître du tout, je sais que ça peut être dévastateur.

Autre limite pour ma part : les scènes de sexe. Ca ne me gênerait pas d'en écrire mais comme ma grand-mère et une partie de ma famille me lit, je ne sais pas si j'assumerais derrière. Pour le moment mes histoires n'en ont pas réellement nécessité donc ça va. Mais la question se posera peut-être à l'avenir.

Pour le reste, je me lance dans à peu près tout.
J'avais oublié de le dire aussi, mais dans la même veine, j'ai fait un chapitre en narration interne avec un personnage féminin, et j'ai eu extrêmement peur de l'accueil qui lui serait fait, en plus d'avoir été le chapitre le plus difficile à écrire.
Pour les scènes de sexe, c'est un peu pareil, je suis trop pudique (au point que mes proches ne savent même pas que j'écris), et donc je sais vraiment pas si je pourrais en écrire, ou du-moins en publier.

Re: [Débat] Fixez vous des limites à votre imagination ?

#25
Ah tiens en revanche le point de vue masculin ne me gêne pas quand j'ai à en écrire, même si les personnages qui me viennent le plus naturellement (en particulier mes héros) sont de sexe féminin. Peut-être parce que comme le masculin est le genre "neutre" (je mets de gros guillemets, vous voyez ce que je veux dire en contexte), c'est plus facile de l'endosser en tant que femme que l'inverse.

Re: [Débat] Fixez vous des limites à votre imagination ?

#29
Hello !
Personnellement je part du principe que l'ecrtiture fait partis d'un des moyens de libérer les pensées et que les histoires que les Hommes écrivent depuis des siècles ne sont qu'un moyen de faire part au monde leur visions des choses sur un sujet vaste ou precis de manière directe ou indirecte.
J'affirme alors que vue qu'imposer les pensées est littéralement impossible, il est tout autant impossible de fixer des limites dans les écritures mais que biensur, il y a certaines regles de bienscéance et de civilité à respecter à commencer par le respect de l'autre.
Ensuite, si nous avons peur d'une idée spécialie qui nous est passé par la tête je dirais alors que nous avons peur de nous même car les pensées viennent de notre vécu et de notre personnalité.
Enfin il est normal de douter si notre ecrit est correcte ou non, mais cela revient au règles de bienscéance : on se demande si le lecteur sera choqué et non si c est correct ou non. Donc, l'écriture n'as aucune limite, n'en n'a jamais eu et n'en n'aura jamais !

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 3 invités