[Animation] Partage d'extrait

#1
Partage d'extrait - Wattpad

Objectif : Le principe est simple, vous partagez des extraits de votre texte en cours ou vous commentez un extrait posté.
Limite : Évitez de mettre plus de 1500 mots, l'objectif est de faciliter la lecture.
Puis-je commenter ? : Évidement, cependant, ayez la bienveillance d'utiliser la fonction "quote" pour qu'on sache à qui s'adresse la critique ^^. Vous commentez le texte que vous voulez, vous pouvez tous les commenter si vous le souhaitez.
L'équipe : Nous passerons régulièrement nous assurer que les règles soient appliqués (que ce soit les règles du Forum comme de ce sujet). Par conséquent, vous nous verrez surtout poster nos textes ou vous commenter, logiquement ^^

Bon courage !

Re: [Animation] Partage d'extrait

#2
Je partage un premier extrait.

Tiré de : Projet Phantom - Chapitre 76
Nous retrouvions l’enseignante qui avait fui, elle courrait toujours dans les couloirs sales de l’égout. La panique avait envahi tout son être. Elle ne voulait pas mourir, pourtant, l’aveugle continuait de la chasser. Disparaissant et apparaissant plus loin, utilisant le vacillement des lampes pour analyser chaque recoin. Où qu’elle aille, elle ne serait jamais en sécurité. Quoi qu’elle fasse, l’aveugle était là pour l’accueillir. C’était un vrai cauchemar.
Puis, elle était à bout de souffle, aussi. Elle avait soif, elle avait faim. Elle n’en pouvait plus de courir partout. Finalement, elle aurait mieux fait de rester avec les deux autres. La peur, voilà ce qui venait de lui faire défaut. Foncer au lieu de réfléchir.
Elle s’effondra en larme, c’était surement la fin pour elle. Tout ce qu’elle voulait c’était revenir où elle vivait, enseigner, vivre avec son mari, s’occuper de son fils… Elle ne reverrait probablement plus jamais ceux qu’elle aimait. De quoi augmenter drastiquement sa peine.
Elle nota bientôt une seconde ombre à côté de la sienne. Elle n’était pas là il y a encore une seconde. Elle tourna la tête et vit alors l’aveugle qui semblait la fixer avec ses orbites blancs et froids. C’est alors que toutes les lampes dans les couloirs devinrent plus lumineuses que jamais… puis… Des éclairs blancs qu’émettait les appareils venaient frapper le corps de la jeune femme, finissant par la tuer, brûlée vive par la violence de l’ampérage.
Une fois son office terminé, l’aveugle, alors, fini par disparaitre comme il était apparu. Comme par magie, pendant une fraction d’ombre dans le couloir.

Re: [Animation] Partage d'extrait

#3
Dyrion a écrit :
jeu. 19 avr. 2018 13:13
Je partage un premier extrait.

Tiré de : Projet Phantom - Chapitre 76
Nous retrouvions l’enseignante qui avait fui, elle courrait toujours dans les couloirs sales de l’égout. La panique avait envahi tout son être. Elle ne voulait pas mourir, pourtant, l’aveugle continuait de la chasser. Disparaissant et apparaissant plus loin, utilisant le vacillement des lampes pour analyser chaque recoin. Où qu’elle aille, elle ne serait jamais en sécurité. Quoi qu’elle fasse, l’aveugle était là pour l’accueillir. C’était un vrai cauchemar.
Puis, elle était à bout de souffle, aussi. Elle avait soif, elle avait faim. Elle n’en pouvait plus de courir partout. Finalement, elle aurait mieux fait de rester avec les deux autres. La peur, voilà ce qui venait de lui faire défaut. Foncer au lieu de réfléchir.
Elle s’effondra en larme, c’était surement la fin pour elle. Tout ce qu’elle voulait c’était revenir où elle vivait, enseigner, vivre avec son mari, s’occuper de son fils… Elle ne reverrait probablement plus jamais ceux qu’elle aimait. De quoi augmenter drastiquement sa peine.
Elle nota bientôt une seconde ombre à côté de la sienne. Elle n’était pas là il y a encore une seconde. Elle tourna la tête et vit alors l’aveugle qui semblait la fixer avec ses orbites blancs et froids. C’est alors que toutes les lampes dans les couloirs devinrent plus lumineuses que jamais… puis… Des éclairs blancs qu’émettait les appareils venaient frapper le corps de la jeune femme, finissant par la tuer, brûlée vive par la violence de l’ampérage.
Une fois son office terminé, l’aveugle, alors, fini par disparaitre comme il était apparu. Comme par magie, pendant une fraction d’ombre dans le couloir.
Bonjour Dyrion,
merci d'avoir partagé avec nous un extrait d'un de tes textes. Je te donne ici mon avis de lectrice basique ;)
On sent bien la peur de l'enseignante. Les phrases courtes permettent de donner du rythme à ton action, ce qui correspond bien à la situation. Orthographe super, ce qui est agréable ^^
Quelques phrases qui n'en sont pas me gênent parfois, comme "Disparaissant et apparaissant plus loin, utilisant le vacillement des lampes pour analyser chaque recoin". Je comprends bien que tu veuilles donner du rythme, et des phrases sans verbe conjugué ne me gênent pas (ex : Foncer au lieu de réfléchir). Cependant l'emploi d'un participe présent (ex : disparaissant) sans autre verbe conjugué me semble "désagréable". J'aurais relié cette phrase à la précédente pour éviter cela, de même pour la dernière phrase du texte.
Mais ce n'est que mon avis ^^

Re: [Animation] Partage d'extrait

#4
Je vais également partager un petit extrait que j'ai assez bien aimé écrire ^^

Tiré de : Entre Tigres ( Une fanfic Yuri on Ice )

Il se tourna pour se coucher sur le dos et plaça son coude droit sur ses paupières. Il repensa à ce qu’il avait fait. Hier soir, avant d’aller dormir, et surtout sur un coup de tête, il avait envoyé une demande d’ami sur Instagram au nouveau, dont il ne connaissait toujours pas le prénom. Le blond devait avouer qu’il était fière de lui. Il avait pu montrer à quel point il était fort au nouveau ! Il espéra que celui-ci ne viendra pas empiéter sur son territoire. Sur le coup, il trouva qu’il ressemblait plus à un tigre qu’à un chaton. Le dit tigre ne comprenait pas pourquoi tout le monde le confondait avec chaton… En regardant autour de lui, il en eut néanmoins une idée. C’est alors qu’il repensa au noiraud. Quand Yuri l’avait épié, il avait remarqué que celui-ci le regardait avec des étoiles dans les yeux, mais ce ne fut pas ça qui avait perturbé le jeune homme. C’était autre chose, enfoui tout au fond de son regard doré. En y repensant, il se posa de nombreuses questions. Quel était donc cette “chose” qu’il avait vu ? Que faisait ce blaireau ici ? Yuri se redressa et tapa trois fois sur ses joues, espérant que ces pensées sortiraient de son esprit. Il laissa retomber ses bras sur la couverture, ferma ses yeux pendant un instant, puis se leva pour descendre vers la cuisine.
Modératrice gérant les publicités

Re: [Animation] Partage d'extrait

#5
Je viens de découvrir l’animation, je trouve ça sympa ! Étant donné que mon niveau de critique littéraire n’égale pas mon niveau d’écriture (qui est déjà faible), je vais me contenter de l’extrait. ;)

Fragment du deuxième tome d’Archae (ne faites pas attention à la plume, j’en ai honte). Pour ceux qui ne comprendraient pas, c’est de la Space-Fantasy.

Dakte ressentit une odeur de chien mouillé, mais pourtant mêlée à celle d’un humain.

« Il y a quelqu’un ? »

Une silhouette sortit d’un angle de porte et se mit à courir dans le sens opposé de Dakte. Celui-ci souffla, apparemment forcé à faire ce qu’il s’apprêtait à commettre.

Les griffes de ses pattes inférieures triplèrent de volume aussitôt, traversant ses bottes, puis s’en suivit ses griffes supérieures. Il esquissa un sourire carnassier d’autant plus meurtrier que celui qu’il aimait arborer, puis il se jeta sur sa proie en courant à quatre pattes, sa longue queue écailleuse le stabilisant.

Sa proie s’effondra au sol lorsqu’il lui broya les jambes, puis il découvrit que le présumé espion était une magéïde mi-femme mi-louve, particulièrement jeune. Vingt cycles, maximum.

« Je vous en supplie, ne me dévorez pas ! », implora la magéïde sous le souffle froid de la grande gueule ouverte de Dakte, sa salive coulant de ses longs crocs jusqu’à la peau poilue de la mi-louve.

Encore agacé d’être confondu avec un cannibale, Dakte se releva sur ses deux pattes, dépoussiérant ses épaulettes dorées et reprenant sa forme normale.

« Vous n’allez pas me manger ? s’étonna la magéïde, souffrant visiblement à cause de ses jambes broyées.

- Si tu me dis pourquoi tu es là, je te laisserai vivre, promit Dakte d’un ton amical en parfait désaccord avec son ancienne forme.

– Je... je suis là pour demander au général-seigneur Oremuun d’aider ma mère. Elle est malade, et depuis qu’il a pris le pouvoir en ville nous souffrons de la famine.

- Ma pauvre... Quel âge as-tu ?

- Quatorze ans, mon seigneur.

- Je suis désolé. Je t’ai pris pour une espionne. De ma faute tu vas être handicapée... Mais j’ai une idée ! »

Il se pencha sur elle, la patte griffue en avant. La magéïde se protégea, pensant qu’il allait la tuer, mais elle fut stupéfaite de découvrir qu’il la soignait grâce à un puissant sort de soin. Ses jambes canines reprirent leur forme normale après quelques secondes, dessinant un sourire doux sur le visage du général.

« Je... je..., commençait la magéïde en se relevant.

- Ne me remercie surtout pas. C’est un minimum après ce que je t’ai fait...

- Vous êtes un puissant mage ! sourit la magéïde en sautillant, visiblement heureuse.

- Je ne suis pas général pour rien !

- Vous êtes général-seigneur ? s’étonna-t-elle.

- Général, c’est le nouveau terme. Et en tant que tel je vais m’occuper de toi et ta mère. Aimez-vous les manoirs ? Vous vivrez chez moi.

– Vous n’accepterez jamais des habitants de bidonvilles à venir habiter chez vous !

- Eh bien... si... Je dois me faire pardonner, non ? Allez, part prévenir ta mère ! »

La magéïde sauta de joie, remerciant de mille mots le général. Puis elle courut vers la sortie.

Dakte eut un sourire doux. Une si jeune fille... si délicate... C’est du gâchis de vivre dans un bidonville comme cela...

Il sortit une cigarette de sa poche. La mit entre ses crocs. Prit un briquet. L’alluma. Puis il dégaina son pistolet et tira trois balles à l’arrière de la nuque de la magéïde en pleine course.

Elle s’effondra de tout son poids sur le sol, le regard vide. Une mare de sang se forma, colorant de rouge sa fourrure.

Des militaires arrivèrent aussitôt, alertés par les tirs. Dakte leur ordonna immédiatement d’aller chercher de quoi laver le sol et enterrer le corps, les faisant partir aussi vite qu’ils étaient venus.

Du gâchis... pensait Dakte en enjambant le cadavre pour regagner la sortie. C’est du gâchis, mais il faut savoir faire des sacrifices pour arriver à ses fins. Si jamais elle avait entendu parler du coup d’État, ce serait fichu.

N’exprimant rien d’autre que de la froideur, il prit sa cigarette des deux doigts et souffla, créant une épaisse fumée.

Tu vas tomber de haut, Silfus. Le règne du roi immortel va définitivement prendre fin...


J'espère que vous avez apprécié. Sachez que ma plume a beaucoup changé depuis, mes outils aussi.
Vivez votre univers comme votre vie, il en deviendra réel.

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité